Bilan 2011 de la famille royale belge

Publié le par Le Petit Belge ©Copyright Royauté-News2011

 

L'année écoulée vue par Le Petit Belge pour Royauté-News.

 

 

Bilan 2011 de la famille royale belge

  
Deux membres de la famille royale belge ont marqué l'actualité de cette année 2011 : le Roi et le prince Laurent. Le premier pour son engagement dans la crise politique ; le second pour son voyage controversé au Congo.
  
Dès le début de l'année, le prince Laurent fait part discrètement de son intention de visiter des projets environnementaux en mars au Congo. Le Palais, le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères tentent de le dissuader, car des élections ayant lieu au Congo en 2011, le gouvernement belge ne veut pas être mêlé à la campagne électorale et n'a prévu aucun déplacement officiel durant cette année. Le prince Laurent refuse de céder et a droit a son retour à une grande polémique médiatique. Le Palais annonce publiquement que le Roi désapprouve le voyage de son fils cadet. Le premier ministre sortant Yves Leterme est interpellé à ce sujet à la Chambre. Il demande ensuite à rencontrer le prince et lui fait signer un engagement précisant qu'à l'avenir, s'il se rend dans un pays étranger sans l'accord du gouvernement belge, il perdra sa dotation. Pendant plusieurs mois, le Roi montre sa désapprobation en n'invitant plus le prince Laurent aux cérémonies officielles, dont la fête nationale. Sous l'impulsion de la reine Paola (très proche de la princesse Claire), le couple princier a repris ses activités publiques, mais les relations privées entre Albert II et son fils cadet semblent encore difficiles.
  
Le Roi s'est retrouvé également au centre de l'actualité suite à la crise politique. Depuis les élections législatives de juin 2010, le gouvernement démissionnaire d'Yves Leterme gérait les affaires courantes, mais plus aucun projet de réforme ne pouvait être lancé. Tout au long de l'année 2011, Albert II a multiplié les consultations politiques pour tenter de trouver une solution à l'impossibilité de former un nouveau gouvernement. Lors de la fête nationale du 21 juillet, il a prononcé un discours très engagé et très remarqué, avec une gestuelle inhabituelle, mettant le monde politique face à ses responsabilités. Le soir même, six partis décidaient de s'unir pour former un gouvernement, tout en reléguant dans l'opposition le parti séparatiste flamand NVA, gagnant des élections de 2010. Plusieurs mois ont encore été nécessaires à ces six partis et au formateur Elio Di Rupo pour trouver un accord sur la nouvelle réforme de l'Etat et pour rédiger le programme socio-économique nécessaire pour diminuer la dette publique. Le 6 décembre (jour de la Saint-Nicolas), le gouvernement Elio Di Rupo Ier prêtait serment devant le Roi dans la rotonde du château de Laeken.
  
Le Petit Belge

Publié dans Belgique

Commenter cet article

cerise-deco 26/12/2011 10:25


j'espère que tu as passé un joyeux noel avec ta famille








bisous+++

Flo-Avril 25/12/2011 20:04


Bonsoir, il était temps que tout cela se termine


Amitiés, Flo