Boni de Castellane

Publié le par RN 1 ©Copyright Royauté-News2010

Voici longtemps que je tenais à présenter, comme je l'avais annoncé, cet ouvrage consacré à l'Illustre Boni, et par là évoquer cette figure légendaire du Paris de la Belle-Epoque. 

 

Contrairement aux livres présentés dans la Bibliothèque, et que je ne lis pas, j'ai lu avec un très grand plaisir à sa parution cet ouvrage très riche et très documenté de l'Historien Eric Mension-Rigau.

 

Ceux qui le liront se plongeront dans une partie de l'univers parisien le plus en vue à la fin du XIX° siècle et des trente premières années du XX°.

 

Boniface de Castellane est sans doute le personnage de l'univers aristocratique français qui fut le plus connu durant cette longue époque, et même, le plus universellement connu. Il fut le plus brillant symbole d'un art de vivre et d'une époque.

 

Son élégance était légendaire, son luxe aussi, notamment grâce à son mariage avec la richissime héritière américaine Anna Gould. Il fit construire à la fin du XIX° siècle un légendaire palais en marbre rose, Avenue du Bois (devenue l'Avenue Foch). Il y donna des fêtes somptueuses.

 

Cela, c'est ce que tout le monde connaît. Comme le fait qu'il connut une certaine gêne après son divorce, et qu'il fut l'auteur de deux principaux ouvrages : Comment j'ai découvert l'Amérique, et L'Art d'être pauvre.  Mais l'immense mérite de ce livre est de faire découvrir d'autres et très riches facettes de Boni. Elles m'ont impressionné, car je n'imaginais pas à quelles préoccupations de la plus vaste échelle il avait pu se donner, ni son intérêt vif et actif pour les questions sociales. Nous sommes loin de l'insultante présentation faite lors de la parution, dans une certaine revue.

 

On l'évoque comme dandy, et certes, il en était un, mais ce n'est au fond qu'un détail, tant la vie du personnage est autrement plus riche. L'auteur évoque l'autre célèbre figure du dandy, son contemporain l'écrivain Robert de Montesquiou, dont le monde des lettres a conservé la mémoire. Mais la célébrité fulgurante de Boni l'éclipsera, au plan mondain, derrière ses feux au rang des collections précieuses.

 

L'un des mérites de ce livre est précisément d'évoquer rapidement cette figure de Montesquiou. A cette intéressante comparaison entre deux descendants de ces quelques maisons illustres de tout temps, que sont les Castellane et les Montesquiou, j'ajoute la singularité qu'elles partagent exactement la même fière devise : (en Français) "Plus d'honneur que d'honneurs..."

 

L'une des parties qui m'a le plus passionné dans ce livre est la découverte de l'action diplomatique intense qu'il mena de longues années pour la paix, et pour l'intérêt des relations entre la France et le Saint-Siège.

 

Plus qu'une représentation mondaine, plus qu'une figure de légende, Boni était d'abord un des plus valeureux esprits.

 

 

02 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Irene 04/12/2010 00:51



Bonsoir Michel,


S'agit-il aussi d'un ancetre de Victoire de Castellane?


D'ailleurs je lirais bien un livre recommande par vous sur un personnage si elegant dans la vie, qu'il publierait un livre sur le theme de l'art de vivre ... pauvre!



RN 1 22/01/2011 23:29



Chère Irene, son frère était l'arrière-grand-père de Victoire.


Je suis désolé d'avoir oublié de vous répondre !


Très bonne soirée et très grandes bises !!!!!!



Flo-Avril 01/12/2010 10:50



Joli Michel, tu as du courage de lire un aussi gros bouquin, si nous parlons bien du même!


Amitiés, Flo



RN 1 01/12/2010 20:24



Il est assez épais mais très agréable pour qui s'intéresse à Boni et à cette époque !


Très bonne soirée Flo !!!!



annielamarmotte 30/11/2010 15:14



ça donne envie de croiser ce livre



RN 1 01/12/2010 20:22



Merci Marmotte et bonne soirée !!!!