Mariage contre tous : Conclusion et solutions

Publié le par Royal Infos - RN 1 © Copyright Royauté-News2013

 

 

Après un déploiement de grande ampleur, cette journée est une réussite, mais maintenant, quelles sont les perspectives ?

 

La bataille des amendements peut faire fléchir en partie l'orientation Taubira. Mais cela sera sans doute insuffisant.

 

En tous les cas, les organisateurs de la marche auraient tout intérêt à déposer un recours devant la Commission européenne des Droits de l'Homme.

 

C'est le droit des enfants à naître, de connaître leurs parents biologiques et de bénéficier comme tout le monde d'une filiation sur leurs documents, indiquant père et mère ; c'est précisément l'inverse de ce qui est prévu par le Projet Taubira. La normalité et "l'égalité" ne sont autorisées que pour certains et valables seulement pour induire un surréalisme démentiel, et, plus que dangereux, criminel.

 

Les responsables publics qui refuseront en conscience de suivre et d'appliquer la Loi Taubira si elle était adoptée en l'état, devront être défendus et ici ils le seront.

 

 

Plus tard : Sur la Presse.

 

Commenter cet article

mamalilou 16/01/2013 02:01


suite:


... soit la loi appliquée aux hommes, comme loi des hommes qui se réclament de dieu" supérieure à celle des hommes citoyens.


je reçois ces ressentis et ces inquiétudes saines, mais mues par l'ignorance des faits, le refus de la réalité, et l'incapacité jusque là à projeter ce que la continuation de l'injustice et le
déni de cette réalité injuste pourrons porter de préjudice à l'enfant, mais aussi à tous les adultes rejetés pour leur orientation sexuelle rendue indissociable de l'inconstance à laquelle on les
confine par ce vide juridique.


je comprends, mais je ne renonce pas à expliquer qu'il ne s'agit pas de désaccord mais de manque d'observation et de clairvoyance, les opposants à la loi qui ne proposeraient pas des options de
rétablissement de l'égalité liberté fraternité sur ces points, devront accepter qu'on ne puisse rester sur un statu quo


ce serait un manquement total de compassion et de considération pour ces humains qui méritent un égal respect de leurs saines aspirations à la famille, sans se nier eux-mêmes.


sur ce regard différent, et en toute amitié, michel, vraiment

Royal Infos 16/01/2013 07:28



 


Bonjour Mamalilou !!!!


 


Comme pour l'autre, il me faudra le temps d'analyser tous ces éléments pour te répondre et en parler, ici ou séparément.





Merci pour ces nombreux éléments de discussion.





Bises et très bonne journée !






mamalilou 16/01/2013 01:57


AH Michel, mais en l'état, nous sommes en situation anti-constitutionnelle, alors que faire?


tous les hommes n'ont pas des droits et devoirs égaux, en france!! ceux qui adoptent en toute illégalité le font-ils en toute illégitimité pour autant et doit-on ajouter de l'erreur par attitude
procédurière ou examiner la circonstance avec plus de circonspection?


sans rien changer de la loi, ne sommes-nous pas responsable de l'instabilité des couples amoureux homosexuels? de souffrance des enfants perçus comme "anormalement accompagnés dans leur
éducation"? des familles non standard qui du coup n'ont pas les mêmes soutiens de l'état les mêmes droits, les mêmes protections, budget, assurance, héritage, accès au soin etc...


 


Alors la commission européenne des droits de l'homme c'est pour protéger quels droits? je crois que qqc n'a pas été compris, c'est le terme de "filiation juridique"... soupir...


faudrait-il encore qu'en l'état ce ne soit pas la commission européenne qui nous demande de nous calquer sur les droits des homosexuels de par l'Europe, déjà 14pays l'ont inscrit dans leur loi,
dont 8 en Europe et 11 états américains


il faut rémédier à cela,


alors quoi? on interdit le mariage à tout le monde, pour que tout le monde s'aime sans engagement? que tous les enfants soient logés à la même enseigne, pas de filiation juridique différenciée?
bien sûr que non!


 


on ne peut pas ne pas être d'accord avec la protection de l'enfance, bien sûr.


mais en appeler à cela ici et maintenant est fallacieux, càd que c'est une manipulation opportuniste. Bien sûr qu'on se doit d'examiner les besoins (avant de parler de droit n'est-ce pas, ou
alors si les parents se disputent on va dans l'intérêt de l'enfant décider que les parents doivent divorcer sous peine de placement des enfants? hm? jusqu'où va l'examen de l'intérêt de l'enfant,
si on oppose le terme de "droit à" ... au nom du droit à vivre en paix, combien d'hommes ont battu leur femme qui osait rétorquer! sans se soucier de leur "droit à" s'exprimer!!)


car ce que tu évoques de la filiation, c'est déjà le cas aujourd'hui pour les enfants adoptés, les enfants accouchés "de père inconnu" ou carrément "sous x"


les enfants qui sont orphelins de père ou de mère, et dont le parent restant se met en ménage double père ou double mère ça existe déjà


les enfants qui vivent avec leurs grands parents pour diverses raisons (économiques, maladie du parent unique, un parent en prison,vie professionnelle remuante des parents, etc...) ça existe


les enfants placés tôt en famille d'accueil à qui on ne peut révéler l'identité parentale pour cause de faits divers ça existe.. etc...


etc... etc... la loi n'a simplement pas suivi les faits de société,


ce que veut la loi, c'est maintenir l'égalité dans cette liberté exercée des citoyens, et dans les événements tumultueux de leur existence parfois, et cette égalité permettra une considération
égale et favorisera la fraternité.


maintenant, il faudra tout de même que les humains les plus tolérants, les plus bienveillants, les plus aimants et compassionnés qui soient, càd les croyants, ceux qui prient, ceux qui respecte
chaque homme pour ce qu'il a de divin, pour cet amour que dieu lui porte, 


il faudra bien que ces hommes et femmes de bonne volonté conviennent que l'orientation sexuelle d'un adulte n'engage pas son potentiel parental.


attention on parle d'orientation sexuelle pas de "pratique sexuelle", sur ce deuxième point on peut poser des limites de moralité si ça nous chante, mais surtout on a des tabous éducatifs
primordiaux comme la discrétion, le respect des générations, etc... qui font qu'on ne laisse pas les enfants ni voir ni entendre trop tôt ce qui touche à l'intimité des couples d'amoureux


non on parle d'orientation sexuelle/genrée si tu veux, càd laisser à l'humain son chemin de vie, s'il aime un être humain du même genre/sexe que lui et le prend pour ce qu'il est avec
bienveillance et amour, ne le consomme pas comme un objet non plus, comme pour les couples de personnes dans le cadre de l'hétérosexuelalité (qui sont parfois aussi polyamoureux, polygames,
sérial lovers, etc...), si ces couples veulent avec passion et engagement se promettre un amour éternel dans le respect et la bienveillance, et y accueillir des enfants, qu'ils ont d'ailleurs
parfois déjà eu séparément, avant d'en désirer accueillir un autre...


pourquoi leur demander des comptes sur leur aptitude à être parent, sur la filiation juridique (on ne parle pas de filiation génétique!!! qui pourra toujours être prouvée même après leur mort!)
contrairement aux couples hétérosexuels?


combien d'enfants sont conçus hors mariages et élevés et reconnus par un père  social qui épouse la mère enceinte... et la filiation juridique n'en mentionne pas le fait?


combien d'enfants sont fruits d'amours adultères et sont bienheureux au sein d'une famille unie, et sans heurts... combien de couples ont géré ainsi une incompatibilité de procréation par ex, ou
la stérilité du père... 


à ceux-là on ne demande pas de compte, on fait confiance dans la communication bienveillante explicative à l'enfant, en son temps....


 


voilà ce que la loi veut rétablir. Encore faut-il que chacun, manifestants compris, accepte ces constats de la réalité, et la nécessité d'adapter la liberté l'égalité et la fraternité à chacun,
pour la paix et l'amour.


il s'agit de mariage civil et non spirituel, il s'agit de filiation juridique et non génétique, il s'agit de colmater une brèche de non-droit (notamment impôts, accès au crédit, protection des
enfants, règlement des séparations -et oui aussi, possibilité de gérer la santé de l'enfant en l'absence ou décès du parent officiel, grâce à l'adoption notamment de l'enfant "de l'autre"...)


il s'agit de cela


et pas de "transformer la société",


"normaliser l'homosexualité" (ce n'est pas "standard", mais ce n'est pas non plus inexistant, à la marge, négligeable..., c'est tout ce que ça signifie),


"d'ouvrir la porte à toutes les déviances sexuelles" (l'homosexualité n'est pas une déviance, une maladie psychiatrique ou une perversion, ce n'est pas un "choix de pratique", c'est une
orientation amoureuse d'abord! à différencier des "expériences sexuelles parmi lesquelles homosexuelles)


 


l'homophobie c'est pas juste avoir peur de la personne homosexuelle, c'est pas ça qu'il se passe, on voit bien que l'essentiel des manifestants (dont des homosexuels) n'ont pas de mépris pour les
personnes...


mais il s'agit de taire la phobie de l'homosexualité, comme on a peur d'une contamination, du fait que ça "donne des idées à nos enfants"... non, ça ne se transmet pas aux enfants, (d'ailleurs
les homosexuels d'aujourd'hui n'ont-ils pas des parents hétérosexuels?!!)


ça ne se pratique pas par mode! mais on voudrait qu'un homosexuel devienne un no-sexuel? ou qu'il se force à aller vers une personne de sexe opposé? sous peine de devoir renoncer au schéma
"normal" qu'on inculque qui est celui de la famille, comme source de plénitude et d'accomplissement humain? 


 


être mariée à une personne du sexe "opposé" depuis 23ans, vivre avec nos 5enfants nés de cette union, ne m'empêche pas de voir d'un très bon oeil, que, malgré l'ostracisation, les
discriminations, les incitations à pervertir leur comportement, les personnes homosexuelles insistent pour vivre le sain bonheur de s'engager dans l'amour à vie, et la construction d'une
famille. 


Peut-on entendre cela enfin?


n'inversons pas les rôles, ceux qui ont manifesté dimanche, ça fait des siècles qu'on les entend, eux.


Sur ce sujet, qu'on tente d'éloigner de son fond, en oubliant que les arguments présentés peuvent l'être sur d'autres sujets et n'ont pas abouti jusque là 


sur ce sujet, michel, je ne peux pas valider la manifestation dans son argumentaire, mais je reçois avec compréhension le ressenti qu'elle révèle, qui montre combien la spiritualité nourrit le
peuple de considération qui dépasse la laïcité de l'état, et qui le met à égalité de considération avec les musulmans qui voudraient que leur charyia soit la loi appliquée a