Du traitement de l'information, et de l'ordinaire de la dictature

Publié le par RN 1 - © Copyright Royauté-News2012

 

Un exemple flagrant de réécriture de l'information se trouve dans l'affaire du professeur roué de coups en France hier.

 

La presse indiquait hier que cela s'était produit durant un cours sur la religion, ( ce qui posait déjà le décor) et que le différend entre le professeur et l'élève concernait (comme par hasard...) l'Islam.

 

Aujourd'hui, tout le monde a changé d'avis. Le différend n'avait plus rien à voir avec ces sujets. Pourquoi s'est-on emballé ? Théories, langage officiel, afin de remodeler la version pour gommer une scénario qui ne peut par définition que se multiplier sans cesse ?

 

Les questions d'opinion et les sujets sensibles n'ont pas à être évoqués dans une école ! Il s'agit du sujets familiaux, et seulement.

 

Il suffit de constater la tendance de la grande presse et des centrales de relais sur Internet : On affirme, puis on se dédit. Il n'existe plus d'information. Seulement un mouvement qui, à l'image de la société folle, participe au jeu quotidien des étincelles et qui va au-delà du dangereux.

 

L'huile sur le feu est répandue sans cesse par les dirigeants français toutes tendances réunies. Il n'est de semaine que ça ne se produise plusieurs fois.

 

La situation intenable provoquée par la langue de bois officielle amène certaines questions... Elles vont être posées.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edmée De Xhavée 17/09/2012 08:16


Je crois en effet que le politically correct est un foyer de frustrations et d'excès en tous genres, et qu'un grand cri va s'élever....