Fiscalité française et aberration

Publié le par RN 1 ©Copyright Royauté-News2012

 

 

Royauté-News indique que la fiscalité qui se met en place en France est une aberration. Nous condamnons le détournement fiscal, qui exproprie les possesseurs de gains au dessus d'un million d'euros, et dans des proportions qui équivalent à une confiscation totale.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas les préférences du Site, les voici : nous sommes heureux du changement, indispensable, aux commandes des instances de l'état, indispensable, qui s'est produit en France récemment. Pour autant, les principales idées, ainsi que les principales mesures des nouveaux arrivants ne sont pas les nôtres. En particulier cette aberration de la fiscalité.

 

 

Ceux qui disposent de hauts revenus créent de la richesse immédiate, comme le font de leur côté mais autrement, de nombreux ingénieurs, des créateurs d'emplois à l'étranger, ainsi que les cerveaux, dont la plupart s'expatrient depuis tant d'années, d'abord en raison de la fiscalité.

 

Artistes, ou sportifs, par exemple, sont les plus scandaleusement touchés par le vol fiscal. Infiniment plus que des possesseurs de fortunes industrielles ou économiques, car celles-ci étendent toujours plus les schémas économiques qui ont fait fausse route. Elles participent en outre à grande échelle à la spéculation et plus encore, nourrissent les systèmes erronés de l'économie actuelle, qui produisent toutes les crises.

 

Les artistes, et sportifs, eux, créent des emplois  du fait même de leur mode de vie. C'est pour cela que certains d'entre eux, malgré de légendaires carrières, sont obligés de se produire aussi par nécessité. C'est le cas de Johnny.

 

Dans le principe, la taxation n'est plus de l'impôt : c'est du hold-up. Sans l'aspect comique du hold-up. Nous ne développerons pas cet aspect moral, car décidément, les Français ont un problème avec le principe moral de la Liberté, seul fondement d'une société, digne de ce nom cela va sans dire.

 

Cette gangrène des esprits français condamne et aura condamné ce peuple à l'impuissance, et à y demeurer pauvre, ou à le redevenir.


 

La fiscalité agressive, en pratique, ne sert à rien, sinon satisfaire une opinion qui, malgré le temps qui passe, continue d'être idiote. L'argent volé aux hauts revenus ne profitera même pas, évidemment pas, aux revenus faibles. Il ne s'agit que d'une mesure démagogique, populiste, qui roulera justement dans la farine les bas revenus. Car cette mesure sans portée leur fera oublier que les remèdes du gouvernement, aux crises et à l'engloutissement de l'économie ne seront, pas plus qu'avec le précédent ni avec le précédent du précédent, jamais au rendez-vous.

 

Il ne sera possible en France de sortir des impasses mentales, idéologiques, populistes, qu'en se débarrassant des élites des deux courants principaux qui alternent au pouvoir. Leur formation reste la même. Avec eux, la répercussion sans limite de leurs impasses ne pourra faire autrement que se poursuivre.

 

La fiscalité est depuis quelques décennies l'un des freins définitifs au développement économique français.

 

Alors que les Etats-Unis ont utilisé tous les moyens de développer à l'ère moderne leur économie, au contraire, malgré des avis d'alerte nombreux, les élites empêchent toute évolution possible.

 

Notre conseil préalable à ceux qui sont dits fortunés, est qu'ils doivent (enfin...) prendre leurs distances marquées avec quelque régime que ce soit.

 

Concrètement, nous conseillons à tous ceux qui seront concernés en France, par cette fiscalité démentielle, d'expatrier entièrement leurs revenus, et ne rien, rien, laisser, même un pois chiche, à l'état français même si ses gouvernants, par comparaison obligée, sont nécéssairement sympathiques. Pour ce qui est des pois chiches, d'ailleurs, les uns et les autres savent de quoi ils parlent. 

 

Expatrier les fortunes, et tant mieux, servira au moins aux Paradis fiscaux.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Amélie 25/08/2012 14:05


en france, l'"égalité" prime sur la liberté et après on se plaint d'avoir du chômage. Vu le montant des impôts, il n'est pas étonnant que les entreprises préférent aller ailleurs. Et le pire,
c'est que ces montagnes d'impôts servent à payer des élus trop nombreux (36 000 communes, 101 départements, 22 régions + DOM-Tom), les fonctionnaires de l'Etat, ceux des collectivités et à payer
les nombreuses dépenses sociales (il n'est pas rare de voir des gens profiter du système d'aides et ne pas travailler).

TR 18/07/2012 21:01


Je crois que c'est surtout le principe de l'impôt confiscatoire qui pose un problème.


A trois niveaux, au moins.


D'abord, celui des libertés, comme vous l'avez si bien exposé. Au nombre desquelles, figure la propriété : un impôt, c'est un impôt, mais quand on atteint la confiscation, c'est une véritable
atteinte à la propriété; et pour ce qui est des revenus du patrimoine, même si le chiffre de 75% intègre les 15% de prélèvements sociaux (ce qui n'a pas été précisé, la "mesure" découlant
apparemment d'un dérapage verbal du candidat Hollande au cours d'une intervention télévisée), ni l'ISF, comme les revenus du capital sont calculés sans tenir compte de l'inflation, en réalité
l'impôt serait supérieur au revenu perçu, d'ailleurs c'est déjà le cas pour la plupart des petits épargnants choisissant le prélèvement libératoire.


Ensuite, celui du principe que chacun contribue aux charges de l'État à proportion de ses ressources. C'est un principe républicain qui prend sa source dans les libertés d'avant la Révolution :
certes à l'époque on ne pouvait pas mettre en pratique un impôt sur le revenu, par manque de données, mais l'imposition tentait déjà de mettre ce principe en pratique, au contraire par exemple de
nos voisine anglais.


Enfin, du point de vue de l'efficacité économique, cela pourrait coûter infiniment plus cher que cela ne rapporterait : de nombreux dirigeants, de sociétés du CAC 40 comme de moins grandes
entreprises, qui pour la plupart rapportent aux caisses de l'État, par leur action personnelle, bien plus que ce qu'on veut leur prendre, seront fortement incités à déplacer le siège de leur
société dans un pays voisin; pas forcément la Grande-Bretagne à laquelle tout le monde pense, mais qui impose assez lourdement les classes moyennes, de même que la Belgique. La France a tout à y
perdre.


Ceci, venant d'un président qui n'a pas jugé bon, à ma connaissance, de manifester sa situation conjugale réelle qui l'aurait rendu redevable de l'ISF, et qui semble avoir considérablement
sous-évalué au moins l'un de ses biens dans le même but, m'écœure, je l'avoue.

............. 18/07/2012 13:32


hello....j'attends toujours une mail de ta part comme promis concernant la sauvegarde ...

Chonchon 18/07/2012 11:14


Tout de même... moi ça me choque tous ces gens qui gagnent des millions et des millions. Je veux bien que leur mode de vie crée des emplois, OK, mais je serais curieuse de savoir à quel niveau
exactement. Avoir dix domestiques et s'habiller chez Chanel, ce sont quand même des épiphénomènes... C'est leur seul argument "Ah oui, mais nous on crée des emplois !". Qu'on nous donne des
chiffres... à comparer avec le nombre de gens qui sont au Smic voire en-dessous, même s'ils sont employés par ces bienfaiteurs de l'humanité !