L'actualité belge vue par Un Petit Belge

Publié le par Un Petit Belge ©Copyright Royaute-News2011

T.R. me disait l'autre jour malicieusement : "cela fait 200 jours que la Belgique n'a pas de gouvernement, bien sûr la place du roi des Belges est centrale, sont-ce les prémices d'un nouveau mode de gouvernement ?"

J'ai donc demandé à Petit Belge son avis ; voici sa réponse, et son article !

 

- "Il est faux de dire que le Roi occupe une position centrale, car il ne dirige et ne participe pas aux négociations. Je dirais plutôt qu'il a un rôle plus important qu'en temps normal, et qu'il dispose de plus de liberté."

- "Comme la Belgique est un Etat fédéral d'une part, et vu que le gouvernement sortant semble faire son possible pour bien gérer la situation d'autre part, cela se passe relativement bien et on a même une croissance plus importante que prévue. Mais il est évident qu'il faudra un gouvernement au cours du premier semestre de 2011. Les derniers sondages montrent que les séparatistes ne progressent pas."

_________________________________

par Un Petit Belge

 

Cela fait déjà 200 jours que les Belges ont voté pour élire leurs sénateurs et députés fédéraux, mais un gouvernement n'a toujours pas été installé. La formation du futur gouvernement est en effet liée aux négociations sur la prochaine réforme de l'Etat qui sont longues et difficiles.

Comme la Belgique est un Etat fédéral, les gouvernements régionaux et communautaires continuent de fonctionner tout à fait normalement, et beaucoup de secteurs (comme l'enseignement, la culture, l'environnement) ne sont pas ralentis par les longues négociations en cours. N'ayant juste que les affaires courantes à régler, le gouvernement fédéral sortant a pu se consacrer entièrement à la présidence belge de l'Union Européenne qui a été réussie d'après les spécialistes.

Et le Roi? Son rôle est important lors de la formation du gouvernement fédéral car il n'a pas besoin d'un contreseing ministériel. Il peut donc choisir en toute liberté ses informateur, pré-formateur, formateur et médiateurs, mais l'usage veut qu'il respecte les rapports de force au Parlement. Au cours des six derniers mois, Albert II a reçu, à de nombreuses reprises, les présidents de partis un à un lors d'audiences qui ont parfois duré 2 ou 3 heures, afin de les convaincre de trouver un compromis entre les souhaits des uns et des autres. Enfin, le Roi a également profité de son discours télévisé de Noël pour lancer un nouvel appel au monde politique pour prendre ses responsabilités. Vous pouvez actuellement le lire ou le visionner sur la page d'accueil de www.monarchie.be

Publié dans à travers l'Europe

Commenter cet article

annielamarmotte 04/01/2011 08:02



comme en Espagne dans les périodes de transition le Roi reste fidèle au poste et sert de pivot