La Chronique de Royauté-News - Le chaos prend forme

Publié le par RN 1 - © Copyright Royauté-News2012

 

 

Une cascade de dossiers divers mais se rejoignant sur le fond, met en cause les structures françaises : parution du livre d'Aline Robert, Carbone Connexion, sur le détournement de la Taxe Carbone par la Mafia Carbone avec la complicité des administrations; Corps d'état, dont on se demande à quoi ils servent; Régions (sur le magazine Le Point) etc. Une cascade de scandales relative à des détournements "officiels" de sommes colossales.

 

Que dire ? Que ce serait étonnant ? C'est l'absence de scandales permanents qui serait étonnante. Il faut enfin en venir au fait : la désagrégation de l'état dans plusieurs pays d'Europe : Grèce Italie, Espagne, et France sont le premier, et même le seul problème à poser.

 

Il ne s'agit pas de démocratie ou de monarchie. Les monarchies de façade placent à l'abri des systèmes entièrement rongés par les mafias. Qui sont le caractère des systèmes dits républicains d'aujourd'hui. Cest le cas aussi de l'Angleterre.

 

Quelques constats : que la monarchie réelle n'existe pas, que selon nous elle n'est pas souhaitable sans bases, et qu'il faudrait pour cela qu'il existât un solide projet pour les pays non monarchiques. Que la démocratie n'existe pas, si toutefois elle a existé. Quant à la république, on ne le rencontre que dans les paroles drôlatiques, dans le cinéma pathétique de ces acteurs d'opérette occupant les sièges gouvernementaux, qui croient encore (ou plutôt font-ils semblant...), de convoquer, de brandir, de menacer des foudres républicaines... d'envisager des lois... toujours le même type de gros mots... Du Néron version comique. Si l'on pouvait se permettre de rire. La gesticulatio française se poursuit...

 

Nous en sommes au stade des conclusions. Le temps, qui déjà aurait dû venir dans une société saine, n'est toujours pas venu. Il est symptomatique que personne ne sache définir les faiblesses, les points de faille des sociétés présentes ni aussi celles des systèmes en tant que constructions politiques.

 

Il n'existe aucune forme, aucune solution pour l'instant.

 

Nous placerons aussi parmi les conclusions et non cette fois-ci parmi les constats, le fait, miraculeux sans doute, qu'une colère muette, indéfinissable, non délimitable, non circonscrite à des groupes sociaux, est en train de se nourrir de la mise en coupe réglée des gouvernements qui sans exception se succèdent et font peser sans interruption tous les maux, et qu'elle exercera, - le plus tôt étant le mieux, mais cependant, sans qu'elle se précipite -  une puissance qui dévastera tout.

 

                                           *     *     *

 

"Les puissants seront arrachés à leur nid de décadence", Batman. Au cinéma (dans le nouvel épisode actuellement à voir). Le cinéma n'étant rien d'autre qu'une répétition de la réalité... Ultimement décomposée, la société entière, en apparence, mais surtout, les "élites" et les bonnes consciences, n'auront même pas le loisir ensuite de méditer sur leur veulerie.

 

Notre rôle n'est pas d'effectuer l'analyse de l'actualité. Notre analyse justement est celle qui consiste à proposer le refus de toute analyse, de toute collaboration. On ne collabore pas avec les collaborateurs. La culture que nous proposons consiste à se tenir en dehors des systèmes corrompus. Nous invitons tous ceux qui passent par ici, quelle que soit leur orientation personnelle, à ignorer en toute circonstance les pouvoirs publics, leur presse en dévotion, leur relais que sont les centrales Internet proposant des services visibles et effectuant des manipulations invisibles.

 

Ici, nous sommes et resterons éloignés de la scène apocalyptique qui se prépare depuis si longtemps, et si bien ! que la société n'en réchappera pas. Ce lieu, ici, qui est le nôtre, est celui de ceux qui survivront, loin, absolument loin des schémas antérieurs qui étranglent le quotidien.

 

Le moindre des efforts cependant, en l'état actuel, est de refuser les mascarades électorales, les scrutins falsifiés, les résultats institutionnellement faussés.

 

Ceux qui veulent lutter, qu'ils le fassent, avec des systèmes nouveaux. Sinon, il est inutile de se lever. Pour ce qui nous concerne, nous rirons bien de ce qui se prépare, lorqu'il surviendra. Nous ne bougerons pas un seul doigt pour sauver quoi que ce soit.

 

 

Commenter cet article

lydie 18/09/2012 08:14


coucou  bisous