Libye au 1er Mars

Publié le par RN 1 ©Copyright Royauté-News2011

L'actuel statu quo est satisfaisant pour l'instant, l'hypothèse d'une intervention militaire en Libye étant exclue. Il appartient à l'opposition de réussir , non à l'Occident de s'ingérer dans les affaires internes de la Libye. Plus rien ne pourrait être pris au sérieux si la marche des pays non-occidentaux vers le système de démocratie souple était toujours contrariée ou imposée par les puissances dominantes.

 

La faiblesse de l'opposition réside dans le fait qu'il ne disposent visiblement pas de chef antérieur aux début des événements. Un ancien ministre, un général, notamment, démissionnaires face aux violences exercées contre les opposants. La forme même de l'opposition (comités révolutionnaires) ne présage pas une issue claire. Les habitants armés de fusils et de sabres, aperçus ces jours derniers dans les viles de l'Est, qui sont -ils et contre qui exercent-ils ?

 

Un tort de la diplomatie américaine, - la seule qui soit au fait de l'événement - a été de ne pas faire saillir plus tôt la nécessité d'imposer une opposition politique constituée (ne répétant pas avec des variantes le scénario tunisien) avec l'autorité d'une équipe visible ou d'un chef, comme si elle n'avait pas compris la nécessité d'agir vite pour empêcher les violences et prévenir le risque de chaos prolongé.

 

Je souhaite absolument que le Colonel Kadhafi saisisse l'opportunité d'un exil honorable qui lui a été tendue.

 

Il ne m'appartient pas de dire qui est le plus qualifié parmi les princes al-Senussi. Je dirai simplement qu'une confusion serait peu opportune. Le Prince Héritier Muhammad devrait maintenant s'adresser directement à son peuple et faire sans plus tarder une proposition de transition.

Commenter cet article