Point actuel sur le Légitimisme français

Publié le par Royal Infos - RN 1 © Copyright Royauté-News2012

 

Cette plongée rapide au sein du royalisme français est inséparable de nos articles prochains à venir : L'état dynastique de la France; et Position dynastique de Royauté-News.

 

Rappel classique, et aussi pour ceux qui ont des difficultés à comprendre : le Site n'est pas royaliste. Mais censé être informé.

 

 

Nous souhaitons lever ici quelques ambiguités sur le Légitimisme actuel et sur certaines manifestations.

 

Un organisme, l'IDA (Institut Duc d'Anjou) fin 2010, annoncé officiellement par notre Site, venait d'être créé. Il se disait alors qu'il devenait l'instrument de l'action du Prince Louis de Bourbon.

 

Cependant, pour ma part je n'ai jamais admis dans quelles conditions cet organisme avait été créé. Mais il ne s'agit que d'affaires qui, parce qu'elles étaient internes, auraient dû le demeurer. Et ne pas s'exposer, même dans le milieu Légitimiste.

 

Le Prince de Bauffremont avait répondu à ma demande de façon écrite dans les premiers mois de l'année 2011, qu'il ne pouvait être que fidèle au Prince Louis. Comme si besoin était ! mais j'avais souhaité prendre cette précaution devant des insinuations de certains personnages situés à la lisière indéterminée d'un tout autre camp.

 

Il tombe qu'il était hors de sens de prétendre utiliser [un des points de départ d'un enchaînement qui a conduit en quelques années à la création du nouvel organisme] un Institut réputé, l'IMB, appartenant au patrimoine Légitimiste, pour s'en servir comme relais, voire même un relais politique, sous la pression de certaines personnes impatientes de secouer les choses. D'où une confusion assez inconcevable. Alors que le principe de cet Institut était de servir la mémoire des Bourbons et que statutairement, il s'agissait d'un Institut culturel ! Non d'une chaise de poste.

 

Là, seraient à clarifier les intentions de certains royalistes, et ce, d'ailleurs, dans tous les camps, lorsqu'ils tombent dans la confusion où les contraint naturellement le manque d'emploi.

 

Ce choc était inadmissible et je m'étais dit qu'ils étaient devenus fous à lier. Car l'onde a été considérable, et la manière utilisée était odieuse même en termes de crédibilité, et car cela entraînait une grande confusion. Nous ne le détaillerons pas mais les protagonistes s'y reconnaîtront et ceux qui suivent ou sont intéressés de près reconnaîtront tout cela.

 

 

Mais ce qui compte pour nous, est que l'IDA ne peut en aucun cas s'approprier le Légitimisme. Et de ne pas voir le Prince - fût-ce au travers de textes qu'il aurait lui-même rédigés - apparaître en caution d'une attitude outrageante pour qui que ce soit, ou lésant les personnes, ou leur oeuvre, et qui lèsent, au surplus, toute une mouvance : cela n'est pas acceptable. [ Le Prince, ce n'est pas son rôle,  ne peut pas être un chef de parti ni encore moins, un chef de bande comme nous le verrons dans notre prochain texte sur la question. Autrement dit, affirmer que "le légitimisme avait enfin un chef", auspices sous lesquels l'IDA commençait dans la lettre d'ouverture de son site, signée de Louis, était une erreur.]

 

On sait, depuis, que cet organisme, l'IDA, ne sert qu'à peu de choses, et que des Légitimistes en tirent le constat. Il a repris les activités de l'autre organisme, historique celui-là, pour ce qui concerne l'organisation des voyages en France du Prince Louis. Il s'est acquitté avec succès de la cérémonie de Reims, mais il semble que tout se borne là. Mais ceci n'est pas directement notre affaire.

 

Le Prince peut se faire représenter mais il doit choisir des personnes d'une capacité et d'une crédibilité sans faille. Le Prince devra le comprendre et trouver une formule adéquate.

 

Nous souhaitons une transparence complète au sein du Légitimisme : il serait temps de définir enfin qui fait quoi. Personne, fût-il Louis XIV, ne peut représenter le Légitimisme ni parler à sa place.

 

Il faut donc distinguer plusieurs situations.

 

Nous sommes en présence de plusieurs anomalies. Tout d'abord, un fonctionnement à la fois bancal de cet Institut, avec des membres du "Conseil d'administration" dont on ne sait ce qu'il font, dont seulement quatre personnes,  exerçant en théorie les fonctions de base dans une association : vice-président  (ici deux), un secrétaire général, et un trésorier. Ce dernier semble être le seul à remplir sa fonction, laquelle, pour les autres, en théorie définie mais qui, à l'épreuve, reste vague.

 

Car tout passe par un secrétaire auto-proclamé, qui ne dispose pas d'une fonction au sein de l'IDA. En dehors de l'IDA d'ailleurs, il ne dispose en principe pas de poste ou de titre officiel de secrétaire du Prince, bien que l'on utilise à son sujet l'expression de secrétaire particulier. Que, justement, il devrait se limiter à des questions... privées, non s'étendre sur tout le reste. Si d'ailleurs il recevait le titre de secrétaire, nous refuserions cette situation pour toutes les autres raisons évoquées ici ou suggérées.

 

Notre démarche, et il faut la comprendre, est de savoir si, oui ou non, on peut reconnaître une situation officielle sérieuse du Légitimisme à propos de l'IDA et des manifestations du Prince organisées à sa place, et peu importe si, chez une partie des Légitimistes, on supporte cette situation en rongeant son frein. Nous, nous devons avoir affaire à des responsables clairement identifiés dans leur fonction, et bien plus encore, que les manifestations (déclarations, etc.) soient conformes à l'esprit et à la réalité Légitimistes. Pas celle d'une faction entrée en collision avec une autre faction par exemple, et qui aurait réussi son putsch de couloir.

 

Nous n'admettrons pas de dissensions publiques, mais si malheureusement cela devenait le cas, nous prendrions des mesures à la hauteur de la situation.

 

Nous considérons que l'IDA n'est pas et peut pas être un représentant officiel du Prince - bien qu'il soit présidé (mais en pure théorie...) par le Prince, ni celui du Légitimisme, dont il ne rassemble qu'un portion et que le plus grand nombre de ses adhérents ne le sont devenus de bonne foi qu'en croyant que le Prince souhaitait prendre en mains certaines activités ; or ces activités n'existent toujours pas à l'heure actuelle. Mais de surcroit, de grands chantiers sont et demeurent bloqués par l'incapacité de l'équipe actuelle menée par le secrétaire.

 

Le Légitimisme est également bloqué, car rien ne peut filtrer vers le Prince, sans user de ruses de Sioux, car le secrétaire bloque tout. On ne peut non plus proposer des pistes ni des idées, alors qu'il n'existe pas de crédibilité ni de confiance dans ce fonctionnement.

 

Les lois sous lesquelles sont déposés les statuts de cet organisme ne sont pas respectées : il faut que le président exerce réellement une présidence [ malgré des réunions avec le Prince mais il ne semble pas qu'elle soient destinées au pilotage de l'Institut ], et sinon, il doit être par exemple président d'honneur. Les membres habilités, c'est-à-dire nommés à des fonctions précises, doivent répondre lorsqu'on entre en contact avec eux et se comporter dignement.

 

Nous n'admettons pas, mais citons-le quand même, par exemple que l'on ait trouvé en 2011 sur son site des liens vers un groupe qui, extrémiste au moins par le comportement met en avant le nom du Prince pour servir sa propagande.

 

On ne peut lire, dans des journaux comme Le Figaro, par exemple, que le Prince Louis serait prétendant au trône : or il ne l'est pas, et cette situation ne peut changer. Du moins, si elle changeait, ce serait ni plus ni moins qu'une... révolution et on ne donnerait pas cher de la suite. En attendant on ne peut que constater ici l'incapacité complète du secrétaire qui laisse paraître de telles énormités. Qu'on se le dise, le Prince Louis de Bourbon n'est pas prétendant au trône...

 

                                                      *    *    *

 

C'est pourquoi nous mettons en demeure l'IDA de ne plus parler au nom du Légitimisme, et la Presse de s'informer correctement ou de changer de métier.

 

Nous exigeons une transparence élémentaire ainsi qu'un comportement décent de ceux des membres actifs du bureau, qui se reconnaîtront, et qui pour plusieurs d'entre eux, n'ont pas été corrects. En l'absence, nous ne pouvons que considérer l'IDA que comme étranger au Légitimisme officiel.

 

 

La situation actuelle n'est pas celle du Légitimisme, mais celle d'une situation rocambolesque, qui bloque tout et doit prendre fin. Le fonctionnement de l'Institut, et ses dirigeants, doivent être respectueux des personnes. En dehors, ils exposent le Prince à une injuste critique. Ici, nous ne détaillerons pas des comportements à notre égard qui devaient déboucher sur une citation pénale, qui n'est pas remisée mais n'a pas été enclenchée, afin et seulement, de ne pas gêner le Prince. 

 

On ne peut suspendre les affaires du Légitimisme à un groupe qui ne dispose pas de capacité pour mener des démarches d'ordre public, ni son avenir, à un secrétaire énervé.

 

Devant cette nécessité exposée, le Légitimisme devra prendre ses responsabiltés. Ou s'effacer. (1)

 

(1) : Le Légitimisme ici, concerne le groupe qui a suivi la formation de l'IDA. (précision apportée le matin du 29 11  2012)  

 

Ceci est une partie de nos réserves à émettre au sujet de l'expression publique actuelle de la mouvance Légitimiste. Nous y reviendrons.

 


Publié dans Le Légitimisme

Commenter cet article

Jeanne 30/11/2012 13:46


J'apprécie votre site,mais à propos du légitimisme,pourriez-vous m'indiquer  s'il ya d'autres  raisons empêchant  le prince Louis de Bourbon de prétendre au trône de France ,mis à
part,bien sûr,le fait que la royauté n'existe plus en France et que le prince lui-même a déclaré ne pas prétendre mais incarner un principe et assumer un héritage historique.Je m'y intéresse par
rapport au droit et à l'Histoire,sans politique ni polémique.Merci de votre réponse à titre privé et de ne pas publier mon commentaire;je vous fais confiance

Royal Infos 01/12/2012 21:03



Bonsoir Jeanne,


Une réponse vous attend et remis ce commentaire puisque sans réponse.


Ma réponse sur le fond vous sera envoyée par mail mais vérifiez votre adresse.


 


Vous pouvez utiliser aussi le Contact (colonne de droite en bas)