Royauté-News appelle à un nouveau Vatican II

Publié le par Royal Infos - RN 1 © Copyright Royauté-News2013

 

 

Royauté-News, bien que non confessionnel, ne peut être que proche de l'Eglise qui, seule, fait partie de l'univers culturel et historique européen.


 

Nous souhaitons que l'Eglise, le plus tôt qu'elle le pourra, organise un nouvel élan fondé sur un Concile général oecuménique et universel. Le Concile Vatican II, lumière pure qui donna un élan inattendu à l'Eglise voici un peu plus de cinquante ans, devrait être l'esprit et le modèle d'un nouveau Concile.

 

Mais ce Concile n'est pas terminé. Il ne s'agit pas d'aborder les nombreuses et graves dérives qui avaient été plaquées dans certains pays, - sans son accord - à l'élan de mise à jour de l'Eglise qui fut une partie - une partie seulement - de Vatican II.  Il serait indispensable aujourd'hui de recréer un élan d'aspiration évangélique, surtout dans les pays de vieille civilsation chrétienne. Et permettre de préciser des positions de l'Eglise, qui ne l'ont pas encore été lors du dernier Concile.

 

Un Concile Vatican III permettrait, à partir des acquis extraordinaires de Vatican II et à la lumière des représentations doctrinales et approfondissements apportés par Jean-Paul II et par Benoît XVI, d'éclairer la position de l'Eglise, en regard des nécessités d'aujourd'hui et des intelligences contemporaines, afin de conserver le dépôt de la Foi, première nécessité et première mission de l'Eglise.

 

Nombreux sont les textes et les études qui explorent la pensée théologique et philosophique de l'Eglise. Mais manquent de plus en plus, au fur et à mesure des bouleversements contemporains, causés notamment par l'exploration scientifique, ceux qui apporteraient au grand nombre de comprendre la position de l'Eglise, si mal comprise aujourd'hui. Pour faute d'incapacité chronique à s'exprimer clairement.

 

Aujourd'hui, et depuis longtemps, l'élan liturgique, l'une des grandes promesses de Vatican II, a lui un temps, mais s'est éteint. Très souvent, des prêtres sont absorbés multiplement par des tâches administratives ou matérielles, ce qui entraîne de nombreuses conséquences.

 

C'est une Eglise de repli, dans les pays de vieille civilisation chrétienne, qui s'est installée. Les cérémonies ne sont plus exercées par des prêtres, mais par des volontaires laïcs. Des directions de repli, d'abandon programmé, ont été prises notamment en France, par une partie de l'épiscopat et par une grande partie du clergé.

 

Au monde entier, l'Eglise doit apporter une parole qui lui permette d'être comprise, afin que son message lui aussi, soit compris.

 

A ces défis immenses, l'Eglise doit apporter la force, pour les relever, d'appeler à un Nouveau Concile.

 

 

Commenter cet article