Se marier n'est pas un droit !

Publié le par Royal Infos - RN 1 © Copyright Royauté-News2013

 

 

Le mariage (pour les hétérosexuels) n'est pas un droit !  Se marier n'est pas un droit !  Les dispositions civiles (c'est-à-dire les moyens du Droit) n'ouvrent aucune faculté dans ce domaine !  Il n'y a pas eu de traitement inégal entre les uns et les autres devant le mariage, car la question elle-même ne se posait doublement pas ! L'idée que se font les Français sur "les droits", sur la démocratie, sur tous les sujets reliés, montre qu'ils ignorent en masse ce qu'est la nature et le fonctionnement de leur régime. De ce fait, celui-ci n'est pas crédible et ne peut recevoir aucun respect.

 

Se mettre à voler dans les airs n'est pas un droit. Etre Général, pour un militaire ou pour un civil, n'est pas un droit !  Etre blanc n'est pas un droit. Etre homosexuel librement sans être ennuyé n'est pas "un droit". Qu'un "droit" le proclame, le contredit avant même de l'énoncer, et n'est qu'une négation du Droit, outre qu'il serait une insulte.

 

Dans cette affaire dont le résultat aura été emballé sans consultation (et sur fond de dispute sur les chiffres de la manif du 13 Janvier), il n'y aura pas eu de démocratie, mais au contraire, seulement la victoire d'activistes sectaires, relayés par des médias aux ordres.

 

(Si l'on considère qu'il en fallait un) Où a été le débat ? Il fallait alors débattre dans la nation, non les responsables publics ni les stars du show-business. La sphère politique devait se taire. Son moment est à l'Assemblée, pas à influencer les gens en les insultant et en les menaçant ! Il suffit de lire les débats partout sur Internet, pour constater dans quelles conditions ils s'effectuent. Pays des Lumières ! On notera seulement que des gens qui ne manifestent qu'une fois tous les trente ans encombrent la vie et sont considérés comme avoir moins de droits que les autres. (Mais après tout, s'ils étaient moins bêtes, on n'en serait pas là.)

 

Que l'Eglise se taise ! Bêtise à tuer des catholiques, et en particulier de l'Eglise de France, ce sépulcre blanchi. La question du mariage n'est pas catholique ! Le mariage n'est pas de "droite" ! Mais par contre l'opposition au mariage Taubira a été conduite par un concours de phrases et d'attitudes répugnantes, et on peut se dire que, si on avait voulu saborder la question, on n'aurait jamais pu mieux faire ! Comme c'est toujours le cas, les pires conséquences sont acquises par avance !

 

L'Eglise, qui s'est toujours tue quand elle ne devait pas se taire, n'a que le droit de se taire. Cela ne devait pas être non plus une question politique et il fallait exclure le personnel politique de cette affaire.

 

Je suis indifférent, au fond, qu'on marie ou non les homosexuels. Je refuse les conséquences de la Loi Taubira, écrite en douce. Ce n'est pas d'ailleurs pour rien que, quatre jours avant la manifestation du 13 Janvier, un groupe de sénateurs pro-mariage a retiré l'une des clauses du projet Taubira, afin de ne pas choquer la population sur le projet, et surtout pour la tromper. Mais alors même que la loi n'est pas encore votée, déjà en Décembre, le Sénat a autorisé, dans le silence et au nez et à la barbe de tout le monde, et d'ailleurs en dehors de la procédure, les recherches sur l'embryon qui permettront d'aller beaucoup plus loin à terme, en résultats, que ce qu'invoquaient les arguments minables  : que le mariage serait la première étape du mariage à plusieurs ou avec les animaux.

 

Cette étape [ pour une mutation absolue de la société et de la vie humaine, surréalisme criminel sans limites. Merci, les idiots qui prétendent défendre la société ! ] s'effectue déjà, et tous les étapes, et dans le secret !  Mais Clémentine Autain n'a-t-elle pas dit récemment, que les hommes ne peuvent pas encore enfanter ? L'avenir est déjà joué, entre les gens qui vont finir par se défendre, et quelques partisans virulents de la dinguerie.

 

 

Les commentaires ne sont pas ouverts sur ce sujet.

 

Le contre-argument des pro-mariage : que la mention du père et de la mère sera absente, ce n'est pas vrai, est faux lui-même. Ceux qui soutiennent le projet doivent reconnaître qu'il a été (au moins) mal bouclé : cette disposition a été supprimée, mais elle figurait au départ et elle était (est) insupportable. On ne doit pas avoir d'illusion sur l'intention réelle du lobbie "pro" et de l'auteur du projet. De fait, sa réponse que "le mariage, c'est avec deux personnes", ne garantit rien et révèle seulement que dès que possible, le mariage tous azimut sera autorisé. Il suffira que les lobbies invoquent une "nécessité d'avancer", de "mettre à niveau", et dénoncent la polyphobie. C'est simple, finalement, la démocratie... façon France.

L'argumentation de Maître Eolas est d'autant plus critiquable, au moins sur ce point ( je n'ai pas lu en détail le reste) dans sa position.


Commenter cet article