Sur la contestation au sujet de la tête d'Henri IV

Publié le par Royal Infos - RN 1 © Copyright Royauté-News2013

 

 

Cette contestation de Philippe Delorme, journaliste à Point de Vue et auteur d'un certain nombre d'ouvrages sur des sujets historiques généraux, est elle-même contestable.

 

Je viens de lire in extenso le communiqué publié par Philippe Delorme et par Olivier Pascal, expert en empreinte génétique agréé par la cour de Cassation. Plusieurs des arguments présentés sont cohérents, et posent question du point de vue de la méthode employée en amont par l'équipe de chercheurs, question déjà recevable depuis l'annonce, fin 2010, des premiers résultats. Mais d'abord, je pense que ces arguments peuvent trouver une réponse. Il existe aussi dans la logique énumérée par les auteurs de ce communiqué, quelques points de défaillance.

 

 

On peut relever le fait que Philippe Delorme, bien qu'il soit occupé par ses parutions, n'ait pas encore réussi à publier encore un ouvrage à ce sujet, alors que dès le tout début de l'année 2011, il annonçait déjà cet ouvrage. L'an dernier, il a répondu que cet ouvrage  était en préparation. Aujourd'hui, il est à nouveau annoncé pour dans quelques mois. Cette annonce appelle une remarque.

 

Car Philippe Delorme connaît bien le milieu de l'édition, et il sait qu'il aurait pu facilement écrire un document, même court, qui aurait été, compte-tenu de sa position bien connue d'auteur de nombreux ouvrages, facilement publié. S'il disposait d'éléments imparables, il aurait depuis longtemps déjà couché sur le papier cette démonstration. Il semble chercher encore une confirmation imparable, or celle-ci semble encore à mon avis lui manquer, même s'il a pu, comme lors de sa première contestation, (fin 2010 ou début 2011), jeter une interrogation devant ces analyses scientifiques, avant qu'une partie des questions soit levée quelques mois plus tard.

 

Je vais publier ici une critique rapide de la position de Philippe Delorme au plus vite, car elle me semble contestable en logique sur plusieurs points.

 

Commenter cet article