Zoom sur une certaine actualité

Publié le par RN 1 ©Copyright Royauté-News2010

Nous évitons d'évoquer les faits de l'actualité courante, même ceux qui pourraient illustrer l'un des sujets de société du panorama étendu de notre parution.

 

Nous ferons une exception amplement justifiée, car elle se rattache par de nombreux côtés à nos thèmes. Des situations de plus en plus graves, une mutation de plus en plus radicale - passant inaperçue, au milieu du flux des informations et des préoccupations de première nécessité en laquelle se trouve enfermée la grande majorité -, exigent que nous les évoquions. Ne sachant, la plupart du temps, comment nous y prendre pour éviter classement et récupération, nous repoussons d'ordinaire cette évocation, toute allusion politique étant en effet proscrite sur ce site.

 

Cependant, l'incident survenu au Togo (voir le lien video)1, et monté en épingle de travers, n'illustre pas "la Françafrique" ni quelque dérapage occasionnel. Les réactions officielles sont d'ailleurs (pouvaient-on en douter ?) à côté de l'attitude qui aurait convenu. la Françafrique , d'une autre manière inattendue, en effet est partout, et d'abord en France même.

 

Les lecteurs d'Afrique qui liront cet article, et les autres, doivent savoir que depuis quelques années, les corps d'état, en métropole, et quels qu'ils soient, se comportent de la plus lamentable des façons.

 

Dans un pays rongé par la plus longue crise morale qu'il ait sans doute connue depuis des siècles, les corps administratifs décomposés tiennent comme ils le peuvent, c'est-à-dire qu'ils ne tiennent plus debout.

 

Rendus entièrement inefficaces, n'emplissant plus leur mission (en dehors de la traque publique), l'esprit qui y règne, en gros depuis le début de ce siècle est devenu infect.  

 

L'anecdocte que je vais vous livrer illustrera peut-être l'état d'esprit actuel. Quelque temps avant le dernier changement élyséen, vers la fin 2006 ou le début 2007 plutôt, me rendant à un rendez-vous dans le quartier des ministères, j'ai eu besoin de me renseigner pour trouver ma rue, auprès d'un agent en faction à hauteur du croisement de la rue du Bac et de la rue de Varenne. Etait-il là, lui et son collègue, parce que la rue de Varenne était interdite à la circulation ? Des camions déchargeaient des caisses d'huîtres un peu plus loin...

 

J'aborde alors un agent ayant entre vingt et trente ans, d'un bonjour courtois, avant de poser ma question : il m'interrompt, me considérant d'un air sévère, et me dit un "Bonjour Monsieur" insolent et appuyé... Je finis par lui expliquer ce que je cherche. Renfrogné, il me renvoie à son collègue de l'autre côté de la rue. Un fois devant son collègue, j'intercepte un signe que le premier lui faisait, signifiant "Non", des bras, pour lui faire comprendre de ne pas me renseigner... 

 

L'honneur des Hirondelles sera "sauvé" quelques instants plus tard, lorsque, poursuivant mon tour, d'autres, ne sachant me renseigner, du moins me répondront  poliment.

 

Cette anecdocte montre bien comment l'état et son administration emplissent la tête en général plutôt vide des préposés à la "sécurité". 

 

Comment des individus comme ce colonel peuvent-ils être affectés à un poste public, exigeant une compétence humaine qui autrefois, était acquise à tout officier ? Je n'en développerai pas le commentaire ici, tant il y  aurait à dire, et tant cela nous emmènerait... trop loin pour l'instant.

 

Tout cela trahit la forme de désagrégation dernière d'un état français qui depuis longtemps n'a plus rien d'un état ni, est-il besoin de l'ajouter, plus rien de Français, plus rien de l'esprit d'un état, encore moins de ce bon esprit français d'un passé mort et enterré, que nous regretterons longtemps non pour l'époque qui l'entourait mais pour lui-même.

 

Toujours est-il qu'un Français digne de ce nom ne saurait reconnaître pour Français, ni représentant de l'état (si ça existait encore) des canailles se comportant comme les pires voyous prêts à vous faire un sort. C'est malheureusement, ça, aujourd'hui, et il va falloir que ça cesse.


(1) Bien entendu, l'article initial de Yahoo News a déjà disparu. Il faut se reporter maintenant à des éditions lissées ultérieures.

Les autorités françaises désavouent ce colonel : c'est courageux de leur part... Mais curieusement elles n'évoquent pas les raisons pour lesquelles un conseiller militaire apparemment inapte à une telle mission se trouve en fonction auprès du gouvernement togolais. 

L'article original rapporté par Yahoo : clic !

Commenter cet article

You Frivolous Mommy! 22/08/2010 21:36



Bonsoir Michel,


Je viens de lire votre post; pendant les vacances d;ete j' ai lit les souvenirs de Mme Sarah Palin. Je suis toujours tellement surprise de constater les similarites dans l' etat de nos etats que
vous evoquer de maniere si eloquante...


Lorsque j' etais en vacances vous avez ecrit quelques tres interessants articles que je lirai tout de suite.


A tres bientot!



RN 1 23/08/2010 20:19



Merci beaucoup chère Mommy !!!!!!


Je vous dis moi aussi à très bientôt !!!!!!